Rede von Rachel Renault anlässlich der Verleihung des Internationalen Forschungspreises

Im Januar 2023 wurde der internationale Forschungspreis der Max Weber Stiftung an die diesjährige Preisträgerin Rachel Renault übergeben. Der Preis richtet sich erstmalig an Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler am Beginn ihrer Karriere. Er ist mit 5.000 Euro dotiert und wird alle zwei Jahre vergeben. Rachel Renault forscht zum vormodernen deutschen Steuerwesen. Hier lesen Sie ihre Rede anlässlich der Preisübergabe.

Chers amis, chers collègues, chère famille, et mon cher Isaac,

Permettez-moi de dire tout d’abord à quel point bien sûr je suis honorée de recevoir ce prix, et je voudrais remercier tous ceux, et beaucoup sont présents ici ce soir, qui m’ont permis de construire ma vie scientifique. Je leur dois tout, je vous dois tout, il n’y a pas de travail intellectuel individuel. Ma gratitude va évidemment aussi à la Max-Weber Stiftung qui m’a trouvée digne de ce prix, à l’Institut Historique Allemand, et à son directeur Thomas Maissen.

Isaac, tu ne vas pas tout comprendre à ce que je vais raconter ce soir, mais je te destine ces quelques mots car c’est grâce à toi que je suis désormais capable de passer sans transition de la lecture de Das kleine Nein-Schwein à un travail de traduction de Reinhard Koselleck ce qui a, sans aucun doute, favorisé l’élasticité de mon esprit.

Ta mère est tombée dès la naissance dans une marmite de potion magique franco-allemande, et je me rappelle encore très bien le jour où mon père et moi avons amené ma propre mère à Ostende, en novembre 1989, pour aller à Berlin, parce que ses amis berlinois l’avaient appelée pour lui dire : mais où es-tu ? qu’est-ce que tu fais ? quand  est-ce que tu arrives ? J’espère que tu grandiras toi aussi dans un monde franco-germanique ou en tout cas franco-autre chose ce qui, ce soir, est le trait d’union de beaucoup d’entre vous, qui avez en partage cette expérience intellectuelle extraordinaire qui consiste à être entre deux langues et deux mondes, la France et l’Italie, la France et les US, la France et l’Espagne…

Von rechts: Preisträgerin Rachel Renault mit MWS-Präsident Hans van Ess und Thomas Maissen, Direktor des DHI Paris

Une autre langue, ce n’est pas une autre manière de dire le même monde. Entrer dans une autre langue, c’est entrer dans un univers où, par exemple, la lune est masculine et le soleil, féminin. Ce n’est pas une traduction différente de la réalité, c’est une autre manière de la concevoir, de la construire, de la penser, de l’éprouver – un dépaysement qui, je crois, a beaucoup à voir avec celui qu’expérimentent tous les historiens en se déplaçant dans le temps. Mais tu sais déjà dire « nein », alors je suis optimiste, c’est un début indispensable.

Mais, être historienne entre la France et l’Allemagne, ce n’est pas seulement une expérience poétique, ça a été aussi pour moi une première expérience rugueuse : arriver aux archives de Dresde et s’apercevoir que, contrairement à tout ce que je croyais, je ne comprenais pas un mot d’allemand, car la très sympathique archiviste à qui j’avais affaire parlait avec un accent saxon à couper au couteau. Ce fut ensuite s’asseoir à ma table de travail, ouvrir les premiers cartons d’archives et se rendre à l’évidence : non seulement je ne comprenais plus l’allemand, mais je ne savais plus non plus le lire… J’ai découvert, enfin, une Allemagne que je ne connaissais pas : ces toutes petites villes de Thuringe et de Saxe, comme Greiz, ou Rudolstadt, splendides mais désertées, habitées par une population malmenée par des taux de chômage élevés et un sentiment de relégation et d’injustice. J’ai eu avec certaines archivistes des discussions poignantes sur la réunification. J’ai vu une jeunesse désoeuvrée et, à mesure que j’avançais dans ma thèse, j’ai assisté dans ces petites villes à la propagation fulgurante d’une extrême-droite contre laquelle j’avais toujours cru l’Allemagne immunisée – et l’actualité récente a mis sous les projecteurs la figure d’un rejeton complotiste et antisémite de la famille Reuss, sur laquelle j’ai tant travaillé. Et, comme me l’écrivait Barbara Stollberg-Rilinger, j’ai manqué de peu une chance unique de carrière d’historienne de cour dans le cadre d’un rétablissement de la monarchie en Allemagne.

Pourtant, pendant des années, ce monde a surtout été pour moi le lieu d’une plongée fascinante dans l’étrangeté du passé, bien loin des remous de l’actualité ou plutôt, en contraste avec eux, des semaines entières passées dans cette temporalité très étrange des campagnes d’archives, où l’on se retrouve suspendu entre deux mondes. Tout m’était inhabituel : ce passé surgissant à travers la matérialité de l’archive manuscrite, dans une langue qui n’était pas la mienne, dans une écriture qui m’a donné bien longtemps du fil à retordre, qui me parlait de gens pensant le monde qu’ils habitaient d’une manière si différente la nôtre, où les hommes naissaient inégaux en droits, dans ce Saint-Empire « monstrueux » et insolite. Tout – la langue, les gens, leur monde, leur vision du monde – m’interdisait une quelconque immédiateté de la compréhension. De cette altérité radicale il a bien fallu faire son miel, et elle est devenue, peu à peu, un fil conducteur et un mur de soutènement de mon travail. Chercher inlassablement le réseau de connotations de chaque terme fut un travail harassant, proche de l’exégèse ou de la version latine ou grecque mais qui permettait, je crois, une attention soutenue au texte et donc, aux représentations des acteurs. J’ai dû donner, souvent parce que je n’avais pas le choix, du poids à chaque mot. J’ai dû retranscrire, sans jamais pouvoir survoler un texte pour le lire approximativement, et j’ai dû traduire. Ce travail de fourmi laborieuse n’a pas toujours été plaisant.

Pourtant, et heureusement, à cette étrangeté radicale le disputait un sentiment de proximité, de familiarité. « Rien de ce qui est humain ne m’est étranger », pas même le Saint-Empire romain de nation allemande, et voir les petits paysans de Saxe et de Thuringe lutter inlassablement contre leur charge fiscale et négocier leur position politique et sociale à la force du poignet durant cent cinquante ans était aussi une source d’émotion sans cesse renouvelée, à les regarder combattre, affronter des armées, des arrestations, des tirs de soldats, la torture, à intenter des procès et à argumenter inlassablement pour accroître leurs droits.

Les années passant, à mesure que je plongeais dans les archives, que l’immersion faisait son effet, la familiarité grandissait, et ce fut à la fois un gain et une perte. Un gain, car la compréhension s’affinait, la familiarité s’avérait parfois tronquée, l’étrange s’expliquait. Mais ce fut aussi une perte, car la candeur a ses vertus : la surprise de l’altérité et l’étonnement nous font voir que tout ce qui nous semble aller de soi dans notre monde tel qu’il est ne va pas de soi et c’est là sans doute l’une des raisons d’être les plus essentielles de l’histoire. Non pas connaître ce qu’il s’est passé « avant », mais faire surgir des mondes différents, et reconstituer leurs structures, leurs fonctionnements, leurs ordres injustes, leurs conceptions du bien et du mal, leur morale et surtout, les conflits sur ces définitions, qui nous révèlent le caractère négocié, pied à pied, des relations de pouvoir. C’est à cet universel-là, celui des ordres sociaux, des hiérarchies, et de leur mise en cause que j’ai voulu me confronter dans ce travail. C’est cet universel-là qui continue d’animer mes recherches actuelles.Bien entendu, cette immersion, je le disais à l’orée de ces quelques mots, je ne l’ai pas faite sans aide. Et je voudrais donc, aujourd’hui, dire mon immense gratitude envers toutes celles et ceux qui ont rendu possible ce travail. Antoine Lilti qui, le premier, m’a suggéré de travailler sur l’Allemagne. Laurent Feller, grâce à son cours de Licence sur « Seigneurs et paysans ». Mes directrices de thèse, Christine Lebeau et Barbara Stollberg Rilinger, qui m’ont toujours dirigée au sens de donner une direction, mais sans jamais se montrer directives. Leurs travaux, la finesse de leur regard et de leurs analyses ont été une source d’inspiration immense, et j’ai eu la chance incroyable de bénéficier de leur très grande générosité intellectuelle et humaine. Les membres de mon jury : Laurent Bourquin et Christophe Duhamelle qui sont présents ce soir, mais également Stefan Brakensiek et Lothar Schilling. Vos travaux ont été à divers moments de mon parcours, des étapes absolument essentielles de ma construction comme historienne. Laurent Bourquin a été le premier historien moderniste que j’ai lu de toute ma vie, en khâgne. Christophe Duhamelle a été le premier historien français du Saint-Empire que j’ai lu, en Master. Ces deux rencontres ont été fondatrices. Quant à Stefan Brakensiek et Lothar Schilling, ce sont eux qui m’ont permis de construire un travail en discussion avec l’historiographie allemande. Les questions que je me suis posées n’auraient pu exister sans ces croisements : comment analyser l’impôt dans un monde où la question de la construction de l’État moderne ne se pose pas ? En contexte français, cela n’existait pas et la question de l’État était le seul prisme par lequel l’impôt et les révoltes antifiscales étaient envisagés. Dans le contexte du Saint-Empire, on avait à peu près cessé de se poser la question après la fin du XVIe siècle, marquée par l’échec de la construction d’un État impérial. A quoi bon s’intéresser à un impôt qui ne servait plus à rien, dont les rentrées étaient négligeables pour les finances de l’Empire et que les grands princes ne payaient de toute façon plus ?

König Ruprecht befiehlt der Stadt Ravensburg, die nächste fällige Reichssteuer an Ludwig Pfalzgraf bei Rhein und Herzog von Bayern zu geben. © Landesarchiv Baden-Württemberg, Abt. Hauptstaatsarchiv Stuttgart H 51 U 1089 Bild 1. Permalink: http://www.landesarchiv-bw.de/plink/?f=1-1269572

L’expérience des Gilets Jaunes l’a montré récemment : ce ne sont pas nécessairement les impôts les plus lourds qui suscitent le plus de contestation. Ce sont les plus illégitimes, ceux qui mettent en jeu des choses essentielles, des symboles, ceux qui sont perçus comme injustes, ceux qui manifestent une infériorité sociale ou politique, ou qui actualisent une relégation. Je parle bien sûr des contribuables ordinaires, car l’évitement fiscal des puissants, lui, hier comme aujourd’hui, comme l’ont bien montré Alexis Spire ou Romain Huret, relève d’autres logiques, qui sont celles de la consolidation de la puissance.

De mon côté, je voulais donc comprendre comment se maintient un ordre injuste, comment on lutte dans un monde où l’on n’a que peu de droits et comment la puissance parvient à persister en dépit d’un rapport de force numérique évidemment défavorable : la domination et les arts de la résistance, pour paraphraser James Scott, mais également les arts de la domination : car le pouvoir ne se maintient pas tout seul.

Rien n’est plus surprenant pour ceux qui considèrent les affaires humaines avec un œil philosophique, écrit David Hume, que la facilité avec laquelle la majorité (the many) est gouvernée par la minorité (the few) ; de même la soumission implicite avec laquelle les hommes renient leurs propres sentiments et passions en faveur de ceux de leurs dirigeants.

Et Pierre Bourdieu le commente ainsi :

L’étonnement de Hume fait surgir la question fondamentale de toute philosophie politique (…). En effet, ce qui fait problème, c’est que, pour l’essentiel, l’ordre établi ne fait pas problème ; que, en dehors des situations de crise, la question de la légitimité de l’État, et de l’ordre qu’il institue, ne se pose pas[1]

Et pourtant, dans les petits territoires de l’Empire en Saxe et en Thuringe, l’ordre ne cessait jamais de « faire problème ». Les sujets semblaient refuser sans relâche l’autorité qui s’exerçait sur eux, et ce, en dépit des formes très cruelles de répression qui s’abattaient sur eux. Comment expliquer cette ténacité, alors qu’ils avaient si peu à gagner et beaucoup à perdre ?

En suivant l’argent dans les méandres du corps social impérial, je voulais donc en savoir plus sur la violence des rapports sociaux – là où une partie de l’historiographie louait surtout son caractère pacifié et négocié. L’impôt d’Empire, en dépit de son poids financier très faible, s’est avéré un admirable poste d’observation de ces relations sociales. Car le geste fiscal à l’époque moderne – et sans doute encore aujourd’hui – est avant tout un acte d’allégeance, qui dit publiquement la soumission et l’infériorité. Il a toujours conservé quelque chose du tribut, de la reconnaissance d’une puissance supérieure victorieuse d’un rapport de force.

Voilà qui m’amène au fond de l’affaire, et à la question qui m’a mue pendant toutes ces années, et qui vient en partie du fait que je n’ai jamais réussi à venir à bout de mon sujet de philosophie au baccalauréat il y a maintenant plus de vingt ans : « Tout pouvoir s’accompagne-t-il de violence ? » J’aurais, aujourd’hui, tendance à répondre positivement. A preuve ces propos de l’avocat des sujets du comté de Schönburg, en 1664, en pleine révolte, qui s’adresse au Tribunal de la Chambre Impériale

Ceux qui ne voulaient pas se résoudre à des corvées et à des impôts illimités ont vu saisir tout ce qu’ils possédaient comme fruits, biens meubles et bétail, les gens ont été chassés de leurs maisons dans les lieux déserts, ont été rôtis vifs et brûlés, portes et fenêtres ont été enfoncées, et l’on a procédé avec eux d’une manière si peu chrétienne et miséricordieuse, qu’elle ne saurait convenir à une autorité chrétienne et que ni les Turcs, ni les païens ne feraient une chose pareille[2]

A moins que toutes ces interrogations ne viennent, au fond, du visionnage quotidien de Robin des bois durant toute mon enfance ? Car au fond, des paysans qui refusent de payer l’impôt et se réunissent en secret dans la forêt en demandant justice, cela rappelle aussi étrangement quelque chose.

Toujours est-il que j’ai essayé, pour le dire autrement, de répondre à des questions très abstraites (la manière dont un ordre social et politique tient et se maintient, la nature du pouvoir exercé par les états d’Empire, la violence du pouvoir ou son caractère négocié, la place des simples sujets dans l’architecture politique de l’Empire, la notion eliasienne de configuration sociale) à partir de pratiques très concrètes et d’argumentaires situés. Cette démarche elle-même doit beaucoup à la lecture croisée des historiens français et allemands, les premiers étant traditionnellement très orientés par l’archive et la pratique, et les seconds, mûs bien davantage par un souci théorique et conceptuel de montée en généralité. Ces traditions différentes ont tout à gagner à continuer de se rencontrer, et de s’entremêler.

Preisträgerin Rachel Renault

Outre Robin des bois, je voudrais pour terminer acquitter deux dernières dettes. Parents, amis, proches, dont certains sont présents ce soir, ont été bien davantage qu’un soutien affectif. Ils ont été, vous avez été, une matrice intellectuelle. J’ai la chance immense d’être entourée de beaux esprits, et de têtes aussi pleines que bien faites, je vous dois bien plus que je ne peux le dire, mais vos travaux sur la musique en Italie, l’amitié dans la diplomatie de l’Empire, Diderot, le capitalisme américain, le royalisme espagnol, l’extrême-droite allemande et les femmes écrivains en RDA, la corruption dans le sport, les paysans italiens au Moyen Âge, le Comecon, la Méditerranée, les discussions politiques familiales et amicales, ont été, eux aussi, un mur de soutènement de ma vie scientifique.

Ces dettes-là sont intraçables, elles sont bien souvent trop fondamentales pour se dire dans des notes de bas de page, nous en parlions récemment dans cet autre lieu fondateur pour moi qu’a été le séminaire Saint-Empire à l’EHESS. Même lorsque je vous ai lus, elles sont passées par des déjeuners et des dîners, des promenades et des appels téléphoniques, des remarques faites en passant. Merci. Je ne doute pas que mon nouveau chantier de recherche (parfois un peu ralenti par la lecture de das Kleine Nein-Schwein en lieu et place de la littérature scientifique), vous devra toujours autant.

Enfin, et c’est là la dernière dette que je mentionnerai, le travail de recherche entre la France et l’Allemagne a l’immense chance de bénéficier d’institutions solides de soutien qui rendent possibles les échanges scientifiques et qui facilitent les circulations matérielles et immatérielles de la recherche. Nous sommes ce soir dans l’une des plus précieuses – par ses rencontres, ses séminaires, sa bibliothèque, mais je voudrais aussi nommer l’Université Franco-Allemande, l’IFRA-SHS de Francfort et le collège doctoral franco-allemand entre Paris 1 et Francfort ou encore le CIERA, qui pour moi ont été des supports essentiels pour réaliser ce travail dans des conditions financières, intellectuelles et matérielles idéales. Ce soutien à la coopération savante entre les deux pays est sa condition de possibilité : tous les collègues travaillant sur le Royaume-Uni, à l’inverse, vous le diront.

Nous sommes à ce titre chanceux, et je voudrais vous quitter en me retranchant derrière la parole de la divinité tutélaire de la profession historienne en France, qui était aussi un grand connaisseur et lecteur de l’histoire allemande, Marc Bloch, qui résume avec son acuité habituelle les raisons d’une vocation dans son Apologie pour l’histoire:

Certes, même si l’histoire devait être jugée incapable d’autres services, il resterait à faire valoir, en sa faveur, qu’elle est distrayante. Ou, pour  être plus exact — car chacun cherche ses distractions où il lui plaît — qu’elle paraît telle, incontestablement, à un grand nombre d’hommes. Personnellement, d’aussi loin que je me souvienne, elle m’a toujours beau­coup diverti. Comme tous les historiens, je pense. Sans quoi, pour quelles raisons auraient‑ils choisi ce métier ? Aux yeux de quiconque n’est point un sot, en trois lettres, toutes les sciences sont intéressantes. Mais chaque savant n’en trouve guère qu’une dont la pratique l’amuse. La découvrir, pour s’y consacrer, est proprement ce qu’on nomme vocation. (…)

Avant le désir de connaissance, le simple goût ; avant l’œuvre de science, pleinement consciente de ses fins, l’instinct qui y conduit : l’évolution de notre comportement intellectuel abonde en filiations de cette sorte. (…)

Que, d’autre part, ce charme soit bien loin de s’éteindre, une fois l’en­quête méthodique abordée, avec ses nécessaires austérités ; qu’alors au contraire — tous les véritables historiens peuvent en témoigner — il gagne encore en vivacité et en plénitude ; il n’y a rien là, en un sens, qui ne vaille pour n’importe quel travail de l’esprit. L’histoire, pourtant, on n’en saurait douter, a ses jouissances esthétiques propres, qui ne ressemblent à celles d’aucune autre discipline. C’est que le spectacle des activités humaines, qui forme son objet particulier, est, plus que tout autre, fait pour séduire l’imagination des hommes. Surtout lorsque, grâce à leur éloignement dans le temps ou l’espace, leur déploiement se pare des subtiles séductions de l’étrange.

Le grand Leibniz lui-même nous en a laissé l’aveu : quand, des abstraites spéculations de la mathématique ou de la théodicée, il passait au déchiffrement des vieilles chartes ou les vieilles chroniques de l’Allemagne impériale, il éprouvait, tout comme nous, cette « volupté d’apprendre des choses singulières ». Gardons‑nous de retirer à notre science sa part de poésie. Gardons‑nous surtout, comme j’en ai surpris le sentiment chez certains, d’en rougir. Ce serait une éton­nante sottise de croire que, pour exercer sur la sensibilité un si puissant appel, elle doive être moins capable de satisfaire aussi notre intelligence.

Ce sont ces subtiles séductions de l’étrange qui nous meuvent, je crois, toutes et tous, et ça n’est sans doute pas un hasard si, au moment d’incarner cette étrangeté, Bloch convoque « les vieilles chroniques de l’Allemagne impériale » ! 

Je vous remercie beaucoup de m’avoir écoutée, et pour tout le reste.


[1] Hauptstaatsarchiv Dresden, Reichskammergericht 41, vol. 2, fol. 374-377


[2] P. Bourdieu, Méditations Pascaliennes, Paris, Seuil, 2003 (réed.), p. 257.


OpenEdition schlägt Ihnen vor, diesen Beitrag wie folgt zu zitieren:
Johanna Beamish (3. Februar 2023). Rede von Rachel Renault anlässlich der Verleihung des Internationalen Forschungspreises. [gab_log] Geisteswissenschaft als Beruf. Abgerufen am 25. Juli 2024 von https://doi.org/10.58079/owrc


Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search